10 juillet 2017

Shinku . NField//Dream


"This peaceful melody 
Please, let it last eternally
Is the sound of an engraving needle 
Destined to be unable to fight?
(...)
What I seek is simply a happy answer
(...)
At the end of a dream, I wish only for that." 

Hikari no Rasenritsu - Kukui


...


Mahaut . Among Flowers, in a Closed Room

Among Flowers, In a Closed Room..


"(...) Dans la chambre, il y avait des soucis qui s'amassaient, acharnés à s'étouffer les uns les autres. (Elle) sentait une force opaque dans son corps. (...) Dans la journée, le nénuphar lui prêtait la belle couleur crème de sa peau, mais, pendant son sommeil, ce n'était pas la peine et les tâches rouges de ses joues revenaient."

Boris Vian, L'écume des Jours




Mekare . La Résurrection et le Sanctuaire

...
La Résurrection et le Sanctuaire 
 Ƹ̵̡Ӝ̵̨̄Ʒ 


Le corps reposait sur une dalle en marbre. Le médecin légiste soupirait d'avoir à l'autopsier. La cause du décès était évidente - il suffisait de voir l'entaille vive au niveau de la gorge et la tête posée là, prête pour son traitement. Qui viendrait veiller la morte de toute manière ? D'après son dossier, elle n'avait plus de famille, aucune parenté connue, pas de proches. 

Il soupira de plus belle. Si jeune et personne pour la pleurer... Il recouvrit le corps d'un drap blanc. 
Ce serait tout pour ce soir. La dépouille, étiquetée, attendrait le lendemain dans son compartiment réfrigéré.
Le médecin gravit les escaliers de béton d'un pas lourd qui résonna dans les salles blanches et glacées, puis éteignit.

Il retrouva tout son entrain le lendemain matin et descendit les marches presque en sifflotant. 
Après tout, les morts ne lui en voudraient pas et aucun autre vivant n'était présent pour s'offusquer.

La mélodie sifflée s'interrompit brutalement. Très raide, les yeux écarquillés, la bouche entrouverte encore, le médecin fixait le sol devant lui - des traces sanglantes, des empreintes de pied nus ensanglantées. Aucun bruit, aucune odeur inhabituelle - Il se força douloureusement à expirer..puis inspirer, se fit violence pour sortir son corps de la torpeur. 

D'un seul mouvement brusque, il enjamba les traces jusqu'au compartiment. Il était toujours fermé à clé mais il n'y trouva aucun soulagement. La main figée sur la poignée, il pivota légèrement la tête en retenant son souffle, regarda le sol autour de lui - les empreintes de pas - un pas traînant et lourd - s'éloignaient...
D'un geste machinal, avec une pointe de fatalité, il se résigna à tourner la clé et à ouvrir le compartiment : Il était vide.

...


Le vent soufflait en grandes volutes de tourbillons noirs - Une odeur de mort ancienne, de vieux os et de cierges éteints se diffusait lentement autour de ces pas. Le monde ne tarderait pas à connaître le froid, la peur glaciale et nue dans la nuit et il en coûterait à tous ceux qui l'avaient bannie.
La maison est mon église - Dressez moi un autel car tous me craindront. Que l'on fasse brûler les cierges, qu'on répande le sang et l'eau des offrandes car je reviens vers vous - Les litanies, le bruissement des ailes d'insectes et de papillons berceront mes heures.

...


Non loin de là, dans une chambre blanche, un jeune homme sanglé sur son lit de fer hurla dans la nuit. Au matin, le corps raide, le visage figé dans une expression d'horreur, fut transporté vers la morgue de la ville voisine.



...



7 février 2017

Shinku . The fifth Maiden


Ealdight . La sorcière

En ce moment, j'ai un regain d’intérêt pour les pullips
Ealdight est là depuis novembre mais je ne l'avais pas encore présentée ici.
Elle reprend un personnage créé pour l'histoire des Chrysanthèmes il y a longtemps. 

Ealdight

Parce qu'il y a longtemps que je n'ai vu l'automne, je ferais tout pour le garder


Ealdight est la sorcière du Monde aux Bougies. Collectionneuse de cheveux en tout genre, elle vit dans une cabane de bois perdue dans la neige, au bord d'un grand lac gelé. Obsédée par l'automne qu'elle ne connaîtra jamais, elle emprisonne Rhiannon (Chill), le chrysanthème, et la transforme en cygne noir.


15 juin 2016

Elaine . Les Osselets

Hamushi -Gomi Bako Shiki- 羽虫 -ゴミ箱式-
"- Qui...
Un silence écrasant dans un rêve monochrome, une âme d'enfant en lambeaux...
- Qui est là ?..."
 Elaine
◊ .Mori ~ Les Osselets. ◊
"Cet enfant n'a pas pu survivre."
Arrêtez, je suis là !
La voici, les paupières de plomb, appelant à l'aide. Chaque souffle dans sa poitrine la brule à l'agonie. Et pourtant,
son visage est comme un éventail, il s'ouvre et se ferme de manière toute aussi gracieuse.
De la boue rentre dans sa bouche. Elle essaie de happer l'air mais ne récolte qu'eau croupie et ses propres cheveux.
"Maman, où êtes-vous ?"
Seuls les oiseaux répondent en haut des arbres qui cachent le ciel.
Comment ai-je fait pour arriver jusqu'ici ?
Rappelle-toi...
Rappelle-toi...
- Allons déjeuner sur l'herbe mon enfant, il fait un temps magnifique !
- Oh, mère ! Je ne peux pas, ma robe n'est pas de mise...
- Mon enfant ! Je vous parle d'une simple promenade, pas d'une visite de courtoisie.
Nous irons avec Lambert, allez-donc le prévenir.
Je n'aime pas cet homme. Je n'ai jamais aimé cet homme.
Ce regard satisfait quand je lui ai annoncé les projets de mère, cette lueur de convoitise..


...

Le sentier était sinueux dans cette foret dense, peuplée de fourrés. Le soleil donnait ses premiers rayons, mais nous n'eûmes pas le temps de déjeuner.. Il a bousculé ma mère dans un proche champ d'épines et riait de sa figure écorchée. Je me souviens avoir voulu le frapper, mais ma force juvénile l'avait fait rire davantage. Ma mère, visage larmoyant et furieux, accusait les démons vengeurs de cette farce. J'aurais préféré que cela en soit une.
D'un coup au visage, me voilà ébranlée, l'œil ensanglanté, sur le sentier. Et je le vois extirper ma mère des épines avec un mauvais sourire.. Je vois les étoffes, la robe de ma mère en lambeaux, je crie de tout mes poumons mais un coup me réduit au silence, et je sombre, les supplications de ma mère résonnent en échos qui faiblissent..
- Depuis le temps que j'en rêvais ! Vous êtes belle à en crever, même dans la mort ! Heureusement que vous êtes tombée sur un homme
galant
comme moi pour votre dernier plaisir !
Je vois le corps de maman, comme une poupée de chiffon, les yeux révulsés.
Je gémis, tente de me relever. Je ne dois pas rester ici ! Aidez moi !
- Oh ! J'avais oublié la mioche.
De sa force démesurée, il m'agrippe. Je revois la lueur mauvaise dans ses yeux. Ses mains se referment sur ma gorge. Le sang engloutit ma bouche. Un drap noir et douloureux se referme sur mes paupières.

...

Ballotée, à demi-consciente sur les épaules de ce colosse, une odeur de rose et de pourriture..
Je quitte les lois de la pesanteur, lancée dans l'air...puis la boue froide, l'eau stagnante, les nuages de moustiques.
Je le vois, sur la rive. Souriant de toutes ses dents, avec un signe de la main.
Les racines de mes cheveux sont recouvertes et je ne respire plus.
....

Serais-je passée de l'autre coté ?


__________



Elaine . Le Berceau


(¯`·._) Jueki . 樹液 (¯`·._)
 
Elaine
◊ .Le Berceau.
Une forêt dense, sombre, humide. Le feuillage cache le soleil et des monceaux de cadavres sous terre nourrissant les racines.
Loin des pavés gras de la ville, loin de l'Homme.
Autodestructeur. Polluer la nature, décimer des espèces, se décimer soi-même. Se brûler les poumons comme ces hectares de forêt noirâtre qui se décomposent au fil du temps.

Des troncs rayés maintes fois d'ongles acharnés.
Rongée de drames dis-tu...? Pourquoi rire de me croire morte, dans ce marécage perdu derrière la plus vaste clairière, là où n'éclosent que des fleurs décharnées..?
L'eau croupie ruisselle de ses manches... Je ne suis pas morte. Les cadavres sont sous nos pieds, encore et pour toujours..
Son sourire innocent déguise son regard apeuré mêlé d'incompréhension.

Un monde en noir et blanc, où les saisons n'existent pas, où tout semble arrêté, toujours l'air est humide, là, où plus aucun oiseau ne chante.

(©Cyberpink-Monster)